Unité Pastorale Francophone Bruxelles-Centre

JANVIER, MOIS DES VŒUX

Janus était une divinité romaine très célébrée dans la Ville éternelle, durant l’Antiquité. Sa caractéristique était d’avoir deux visages : l’un tourné vers l’arrière ou vers le passé, l’autre, tourné vers l’avant ou vers l’avenir. C’est lui qui a donné son nom à notre mois de janvier : mois de passage, où l’on jette un regard en arrière pour évaluer le passé, mais aussi où l’on fait des vœux pour l’avenir.

Adieu, donc, 2022 : année douloureuse durant laquelle une guerre reprend au milieu du continent européen, une guerre qui n’est malheureusement pas la seule dans le monde, mais qui nous touche de très près, parce qu’elle est à nos frontières et jette dans nos bras de nouveaux réfugiés. Une guerre scandaleuse comme toutes les guerres, parce qu’elle est aveugle et massacre des civils, femmes et enfants compris. Une guerre stupide, comme toutes les guerres, parce qu’elle n’a pour prétexte qu’une idéologie vaseuse de reconquête d’empire prétendument perdu. Comme si l’être humain n’avait pas encore compris que son bonheur est dans la recherche et la construction de la paix, comme si l’être humain n’avait encore rien compris à la vie !

Cette guerre a chez nous des retombées sensibles, elle fait s’envoler les prix de l’énergie par exemple, et fragilise ainsi ceux qui, dans nos pays, connaissent déjà beaucoup de précarité. On pensait que l’éloignement de l’épidémie de Covid restaurerait une certaine insouciance – eh bien non, les soucis demeurent et même s’amplifient.

Pourtant, toujours dans ce regard en arrière, on observe aussi des solidarités nouvelles, des volontés de ne pas se laisser aller, de retrousser ses manches pour rendre notre société plus juste, plus humaine. Tout n’est donc pas négatif dans cette année 2022 que nous quittons !

Et que sera l’avenir ? Dès janvier, deux choses, déjà : le 1 er , c’est la 57 ème journée mondiale de prière pour la paix. La prière ne suffira sans doute pas, mais aucune paix durable ne saurait être construite sans elle, sans ce soubassement spirituel. Et, dans la foulée, nous vivrons du 18 au 25 janvier la semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens, espérant redonner souffle et vigueur à cet œcuménisme trop oublié. Si les Chrétiens, entre eux, tous disciples du même Seigneur, ne sont pas capables de s’unir, comment s’étonner que des conflits mondiaux resurgissent ? Nous serons fidèles à cette semaine de prière, pour donner au monde un exemple de respect mutuel dans la diversité bien légitime de nos sensibilités culturelles et cultuelles.

Oui, nous ne manquons pas de vœux à formuler, à nous souhaiter les uns aux autres. Et le premier d’entre eux, c’est la paix. Que 2023 soit une année où tous les efforts, personnels et communautaires, soient concentrés sur cet objectif. Que nous fassions de ce souhait le ferment de notre prière et de nos engagements dans la société et dans l’Eglise.

Belle, heureuse et sainte année nouvelle à chacune et chacun de vous

Abbé Benoît Lobet
Curé-Doyen de Bruxelles-Centre

  • Notre unité est composée de plusieurs églises: la cathédrale des St-Michel-et-Gudule, Notre-Dame Immaculée, Notre-Dame du Sablon, Notre-Dame du Finistère, St-Roch et Saint Nicolas.

    Voir églises.

  • Nous vous accompagnons dans vos démarches de sacrements, telles que le baptême, la confirmation, la communion, le mariage, ...

    Voir sacrements.

  • Nous proposons aussi de la catéchèse pour la préparation aux sacrements ou bien juste pour approfondir votre foi et se réunir avec d'autres chrétiens.

    Voir catéchèses.