Livret de la messe du Dimanche de la Résurrection 2020 à ND au Sablon

« Aujourd’hui, Dieu notre Père, tu nous ouvres la vie éternelle par la victoire de ton Fils sur la mort, et nous fêtons sa résurrection »

Extrait de la prière d’ouverture de la messe du Dimanche de la Résurrection

Chères amies,

Chers amis,
 
Pour nous permettre de garder un (hyper)lien pendant les semaines à venir, vous trouverez les livrets des messes dominicales. 
 
À chaque intervention musicale que nous aurions choisie, ces livrets mentionneront un lien vers un fichier sonore sur lequel il vous suffira de cliquer. Lorsqu’un musicien de notre équipe a lui-même enregistré l’une ou l’autre de ces plages, nous vous les proposerons en priorité. À défaut, nous sélectionnerons des interprétations qui apportent un éclairage particulier sur des pièces parfois connues.
 
Dans le livret ci-dessous, c’est à la tribune de l’orgue du Sablon que nous invitons ! Jeudi dernier, Arnaud Van de Cauter y a enregistré l’hymne O Filii et Filiae, dans la version du Parisien Jean-François Dandrieu (1682-1738), une oeuvre que nous vous avons plus d’une fois fait entendre le jour de Pâques dans une version « maison » à deux orgues. Cette pièce trouve parfaitement sa place après l’homélie de l’Abbé Mario Rosas, elle-même accessible au format audio.
 
Ce dialogue entre deux orgues, nous le retrouvons au début de l’office, en nous transportant dans la sublime acoustique de la basilique San Petronio à Bologne. Là, selon la tradition italienne, deux orgues se font face, dont l’un figure parmi les plus anciens au monde. Son titulaire, Liuwe Tamminga, un Néerlandais tombé amoureux de cet instrument et qui a tout lâché pour déménager en Italie et en devenir titulaire, dialogue avec Luigi Tagliavini, l’auteur de projet qui a présidé à la restauration de ces prestigieux instruments.
 
Quant à elle, la séquence Victimae paschali laudes est chantée par l’ensemble Organum, qui suit une esthétique d’interprétation du plain-chant qui se situe dans la même lignée que celle que nous proposons au Sablon.
 
Et sous les voûtes de « notre » sublime église, comment ne pas imaginer les volutes de l’encens à travers le soleil, en écoutant la flûte de l’aria Seele deine Spezereien, une partie de l’Oratorio de Pâques composé par Jean-Sébastien Bach ?
 
Enfin, c’est dans l’apaisement du Gloria de Vivaldi – Domine Deus – que nous vous souhaitons une belle fête de Pâques !
 
Prenez soin de vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *