Livret de la messe du 4ème dimanche de Pâques à ND au Sablon, 3 mai 2020

Chères amies,
Chers amis,
 
Là où les régents gouvernent bien, on peut sentir le calme et la paix, ce qui rend un pays heureux. Peut-on imaginer une phrase qui s’appliquerait avec plus d’acuité au ressenti actuel de la population belge vis-à-vis de ses responsables politiques et sanitaires ?
 
Et pourtant… Cette phrase fait partie du livret d’une cantate hagiographique écrite en 1713 pour célébrer les 31 ans du duc Christian de Saxe-Weissenfels, et dont la musique a été composée par Johann Sebastian Bach. À la fin de notre e-office, Benoît Mernier et Marie-Noëlle Carrière en proposent un enregistrement réalisé il y a quelques années en notre église.
 
Bach – plus connu de son vivant comme organiste et expert en facture d’orgue que comme compositeur – est également l’auteur du prélude qui ouvre la célébration. 
 
Dietrich Buxtehude était un des musiciens que Bach admirait le plus: tout jeune adulte, il a effectué à pied les 400 km qui le séparaient de Lübeck, où son aîné était en poste. À l’offertoire, c’est un choral de Buxtehude qu’Arnaud Van de Cauter a enregistré cette semaine, lui aussi particulièrement adapté à la période difficile que nous vivons: Protège-nous de la guerre, des temps difficiles, de la peste, du feu et du grand malheur…: Plein de poésie et d’humilité, ce choral implore la protection divine car, « comme le voulaient les pratiques religieuses depuis l’origine des temps, un lien direct est établi entre les situations catastrophiques et les « péchés sans nombre » de l’humanité… » 
 
Enfin, telle une éclaircie, le Lied de Schubert proposé à la communion est superbement mis en valeur par le chanteur raffiné qu’est Ian Bostridge, qui l’enregistra voici déjà un quart de siècle…
 
Prenez soin de vous !
 
Bien cordialement,
 
Roland
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *