Homélie du dimanche 17 janvier

17 janvier

2ème dimanche du temps ordinaire

Chères amies,

Chers amis,

La liturgie de la parole de ce deuxième dimanche du temps ordinaire nous présente, à travers la première lecture et l’évangile, un thème très important dans la vie de tout chrétien : l’appel de Dieu.

Les textes bibliques de ce dimanche nous montrent que lorsque Dieu appelle quelqu’un à une mission, cet appel passe à travers de personnes concrètes. Autrement dit, il faut un intermédiaire pour discerner la voix de Dieu. Dans la première lecture, ce n’est pas Samuel qui avait compris le premier qu’il était appelé par Dieu ; c’est plutôt le prêtre Eli. Celui-ci éclaire le jeune Samuel et lui permet de répondre à l’appel. Dans l’évangile, Jean le Baptiste désignera Jésus comme l’agneau de Dieu. Grâce à cette désignation les deux disciples se mettront à la suite de Jésus. « André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus. » (Jn 1,40). C’est bien André, plus tard dans le récit, qui conduira son frère Simon-Pierre vers Jésus. Nous voyons donc. Il faut quelqu’un qui introduise et qui accompagne. L’intervention du prêtre Eli, de Jean le Baptise et d’André permettra le début d’une mission.

Autre aspect très important de l’appel est précisément la réponse. Dans la lecture du premier livre de Samuel, une fois compris que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant, le prêtre Eli inviterai Samuel à répondre à cet appel. « Parle, ton serviteur écoute ». Dans le récit du quatrième évangile, les deux disciples entendirent ce que Jean le Baptiste avait dit à propos de Jésus et ils le suivirent. André dira à son frère : « nous avons trouvé le Messie » et Simon-pierre rencontrera effectivement le Messie. Dans les deux cas, la réponse a été la même : se mettre en route.

Puissions-nous ce dimanche avoir la grâce d’écouter la voix du Seigneur qui nous appelle à sa suite. N’oublions jamais que nous avons besoin des autres pour discerner ensemble la volonté de Dieu dans notre vie. Puissions-nous être comme Samuel, disposés à écouter la voix du Seigneur, et comme André, prêts pour aller à sa rencontre.

Bon dimanche !

Abbé Mario Rosas

Responsable de l’Unité Pastorale Bruxelles Centre