Homélie de l’abbé Mario Rosas pour la fête de l’Ascension

« Nous sommes les membres de son corps, il (Christ) nous a précédés dans la gloire auprès de toi, et c’est là que nous vivons en espérance ».

Extrait de al prière d’ouverture de la messe de l’Ascension

Chers frères et sœurs,

« Il (le Seigneur Jésus) s’élève au plus haut des cieux, pour être le Juge du monde et le Seigneur des seigneurs, seul médiateur entre Dieu et les hommes ; il ne s’évade pas de notre condition humaine : mais en entrant le premier dans le Royaume, il donne aux membres de son corps l’espérance de le rejoindre un jour ». Il s’agit d’un extrait de la première préface de la messe d’aujourd’hui. C’est un résumé de la signification théologique de la fête de l’Ascension de notre Seigneur. En même temps, ce résumé théologique nous dévoile l’importance de cet événement extraordinaire pour et dans la vie de l’Église.

Quarante jours après sa résurrection, selon le livre des Actes des Apôtres dont un extrait nous a été donné dans la première lecture (1, 1-11), Jésus monta au ciel, c’est-à-dire qu’il est retourné vers son Père. Ce retour chez son Père ne signifie pas pour autant qu’il nous abandonne ou qu’il nous quitte. Notre Seigneur ne s’éloigne pas de nous, il ne s’évade pas de notre condition humaine, comme nous rappelle la préface citée plus haut. Commet cela est-il possible ? Si Jésus retourne chez son Père, c’est justement pour que l’œuvre du salut arrive à son accomplissement. Si l’on regarde bien, l’Ancien Testament nous révèle que Dieu, tout au long de l’histoire, a préparé le salut des hommes. Par Jésus, cette œuvre arrive à son accomplissement et en commençant par l’Incarnation. Saint Paul nous rappelle cela dans l’épitre aux Galates : « lorsqu’est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme » (Ga 4, 4). Dans le mystère de l’Incarnation, Dieu, en son Fils, a pris la condition de l’homme ; « il devient tellement l’un de nous que nous devenons éternels » (extrait de la troisième préface de la Nativité). Dans son humanité, qui est la nôtre, notre Seigneur attire à lui les hommes vers son Père. Pour nous, Celui qui est descendu du Ciel, y retourne avec notre nature humaine.

Nous pouvons comprendre alors le sens des derniers mots adressés à ses disciples, dans l’évangile de la célébration d’aujourd’hui selon saint Mathieu, lorsque Jésus les envoie en mission : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 18). Il est avec nous tous les jours car il est le premier à entrer, avec son corps, l’Église, dans le Royaume de son Père. Il est avec nous, car nous sommes en lui.

En entrant le premier dans le Royaume, il donne aux membres de son corps l’espérance de le rejoindre un jour ». Saint Paul, dans la deuxième lecture d’aujourd’hui, nous rappelle précisément que nous sommes les membres du corps du Christ : « Il a tout mis sous ses pieds et, le plaçant plus haut que tout, il a fait de lui la tête de l’Église qui est son corps, et l’Église, c’est l’accomplissement total du Christ, lui que Dieu comble totalement de sa plénitude » (Ep 1, 22-23). Et en même temps, il nous rappelle cette espérance de rejoindre un jour notre Seigneur qui est assis à la droite de Dieu le Père : « qu’il ouvre à sa lumière les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle espérance vous ouvre son appel, la gloire sans prix de l’héritage que vous partagez avec les fidèles » (Ep 1, 18). Nous partageons, en espérance, un héritage qui est au Ciel, nous les membres de l’Église, le Corps du Christ.

La solennité d’aujourd’hui nous invite à tourner nos regards vers le Ciel, vers la vocation à laquelle Dieu nous appelle en son Fils. L’Ascension nous rappelle qu’en Jésus Christ, notre humanité est portée à la dignité divine. Voilà la Bonne Nouvelle de notre Seigneur ce jeudi : Jésus n’est pas venu uniquement pour nous sauver de nos péchés mais il est venu aussi pour nous emmener avec lui dans le Royaume de son Père !

Bonne fête de l’Ascension !

Abbé Mario Rosas

Responsable de l’Unité Pastorale Bruxelles Centre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *